Celui dont parlait Nicolas Sarkozy, la suite

L’on se rappelle bien l’histoire de Nicolas Sarkozy avec Mouammar Kadhafi, le guide libyen. Le premier a simplement manipulé la communauté internationale pour faire taire à jamais le second, quand bien même dictateur. Ce dernier en savait beaucoup trop, sinon tout, sur le financement occulte  de la campagne  présidentielle de Sarkozy, parce qu’il en a justement été le financier illicite, selon le fils de Kadhafi, Saïf al-Islam. La justice française s’est d’ailleurs saisie de cette obscure affaire.

Le pétrole libyen qui suscite tant de convoitise est aussi la cause de cette instrumentalisation, sans oublier le leadership africain de l’ancien chef d’État libyen. Il était un sérieux souverainiste qui disposait des moyens financiers pour atteindre ses objectifs : l’Union Africaine au profit des peuples d’Afrique.

Nicolas Sarkozy, la manipulation et le mensonge

Si l’action de Sarkozy en Libye était humanitaire, comme il le faisait croire pour justifier l’intervention de l’Otan qui a abouti au bombardement du cortège de Kadhafi, puis à son assassinat, il aurait alors encore pesé de tout son poids diplomatique et aurait aussi mis à contribution la puissance militaire du pays dont il était le chef d’État, donc chef des armées… il aurait donc usé de ces influences  pour assurer le service après vente en éradiquant les milices qui ont proliféré par la suite, et existent encore dans ce pays. La stratégie impérialiste est bien connue : « Diviser pour mieux régner ».

Mais Ironie du sort, la Turquie a pris une bonne assise en Libye au grand-dame de la France. Cette terre qui se trouve à l’extrême nord du continent africain est aussi malheureusement un enfer pour migrants quand la méditerranée n’en n’est pas le cimetière. Kadhafi est vraiment mort. Même s’il n’était pas parfait toutes les horreurs qui ont lieu en Libye maintenant n’existaient pas de son vivant.

Il doit certainement s’en vouloir Nicolas Sarkozy l’humaniste, pour tant de drames vécus par des Êtres humains. Il doit aussi sans doute être en train de peser de tout son poids pour que son ami Alassane Dramane Ouattara évite un chaos à la Côte d’Ivoire en convainquant ce dernier de retirer sa candidature illégale à la présidentielle pour éviter de céder à d’autres démons. Malheureusement pour le pays d’Houphouët-Boigny « qui se ressemblent s’assemblent».

Cet ami africain de Nicolas Sarkozy est aussi manipulateur et menteur

Eh oui, cet ami africain de Sarkozy est aussi menteur et manipulateur, comme ce dernier. Il fait croire qu’il accorde la priorité à ce qu’il appelle « la nouvelle génération », mais aussi âgé qu’il est, il est pourtant incapable de se mettre en retrait pour celle-ci au point de l’éliminer pour s’approprier son héritage.

Cet ami de Sarkozy a tout du colon qui a tué,  pire, qui a exterminé, pour s’accaparer les richesses des peuples qu’il a colonisés. C’est un affairiste néocolonial qui n’éprouve aucune peine à manigancer, à créer des conflits interethniques et intercommunautaires,  à commanditer des viols,  des assassinats, à créer la terreur pour pousser les populations à l’affrontement, au déplacement, afin de s’accaparer leur terre et ses richesses minières.  Il n’a aucune considération pour l’Être humain et la préservation des biens.

Quoi de plus normal, parce qu’en tant que mercenaire, il n’est membres de ces communautés dont il se réclame que du bout des lèvres et pour les manipuler ; et puis comme l’imposteur il ne se considère fils d’une terre que pour la brader. On imagine bien le type de terre qui l’attire lui et sa bande : les terres plus prospères et les plus prometteuses.  

Cet africain, ami de Nicolas Sarkozy est donc en  tout point différent du souverainiste et patriote Soundjata Kéita, qui s’opposa à l’impérialiste et envahisseur Soumangourou Kanté au 13ème siècle, à la sanglante et mythique bataille de Kirina.

L’ami africain de Sarkozy n’est que le cheval de Troie d’une deuxième colonisation de l’Afrique, d’un perpétuel pillage du continent. Il possède d’ailleurs d’innombrables biens mal acquis dans le pays de Sarkozy, son ami. 

L’ami africain de Sarkozy n’a rien du peuple Baoulé du grand groupe Akan de l’actuelle Côte d’Ivoire, farouche combattant contre la colonisation au point d’être à 90 %  décimé, au début du 20ème siècle. Et pourtant ce peuple, auxquel appartenait Houphouët-Boigny, 1er Président de la Côte d’Ivoire, a su et a pu se régénérer d’abord par sa capacité à ne pas renier son histoire, son âme,  malgré  les humiliations, puis, par son aptitudes à accepter les autres peuples, à leur faire de la place en lui et à les laisser se fondre en lui tout en « assimilant nombre de leurs traits culturels ».

Cet ami africain de Nicolas Sarkozy est  un imposteur

L’ami  de Sarkozy est incapable de la grande humanité dont font preuve les Baoulé, et à travers eux les peuples d’Afrique, puisqu’il est un imposteur. N’ayant pas d’histoire, donc ne disposant pas d’une âme, il n’existe pas, en tant qu’être humain.  C’est juste de l’arrogance, de l’argent, des ambitions, des prétentions, de la convoitise, des manigances, de la prédation, à l’image de tous de tous ces chefs d’États africains qui sont prêts à tout pour obtenir le pouvoir ou pour le conserver comme : en Côte d’Ivoire avec le régime tyrannique Ouattara ;   en Guinée avec le pouvoir sanguinaire Condé et tous ceux qui l’ont précédé ; au Mali avec le défunt régime corrompu Ibrahim Boubakar Kéïta ; au Gabon avec l’éternelle administration fantaisiste Bongo ; au Togo avec le tout aussi perpétuel  et clanique pouvoir Gnassingbé ; au Bénin avec la sournoise dictature Talon ; au Congo Brazza, avec le fantasque et fantaisiste régime Sassou.   

Sarkozy ne semblait pas si bien dire lorsqu’il affirmait que son ami à la peau noire et masque blanc, cet autre lui, menteur, imposteur, manipulateur, affairiste, tyran, son vassal n’est pas suffisamment entré dans l’histoire puisqu’ils ont la même histoire. Elle commence à une certaine époque de leur vie et se termine avec leur débarquement du pouvoir malgré toute l’énergie qu’ils déploient pour pouvoir continuer à exister.  

Partagez

Auteur·e

revedehaut

Commentaires