Bienvenue en Quivoirie (2), le politique quivoirien et le pouvoir

Vue d’en haut d’Abidjan (Côte d’Ivoire) de flickr.com CC

Rappelez-vous votre première déambulation en terre de Quivoirie, avec son régime quivoirien, son président quivoirien, son gouvernement quivoirien,  ses élus quivoiriens, ses travailleurs quivoiriens, ses jeunes quivoiriens, ses rebelles quivoiriens, enfin bref tous ses citoyens quivoiriens, ce pays plus que jamais en emergency (urgence en anglais), déambulez y encore kADO, c’est vraiment kADO et à la carte  en plus. Aujourd’hui découvrez l’univers du grand politique quivoirien.

  • Le politique quivoirien  et le pouvoir

Le politique quivoirien, celui qui a le pouvoir de décision, n’est pas n’importe  qui. Il est avant tout un cadre quivoirien, grand intellectuel quivoirien, il est soit opposant quivoirien, soit gouvernant quivoirien, jamais citoyen lambda. Osez avoir un accrochage avec lui, il vous demandera :

« Tu sais qui je suis ? »,

puis il répondra lui-même :

« Un élu quivoirien !  *:)) Marrant Tu m’entends ? Un élu quivoirien !  *:)) MarrantDonc tu me dois du respect ».

Enfin bref,  le rapport du politique quivoirien au pouvoir dépend bien entendu de sa position par rapport à celui-ci soit en tant qu’opposant, soit  comme gouvernant.

. L’opposant quivoirien et la quête du pouvoir par le haut

Vous ne verrez jamais le cadre quivoirien, opposant aux costumes taillé sur mesure, aller à la conquête du pouvoir par le bas, c’est  à dire en étant proche des populations, en investissant les campagnes, les quartiers, les ménages, partageant leur quotidien, en se fondant même en ces populations qu’il peut ainsi sensibiliser sur ce qu’il préconise pour l’amélioration de leur condition de vie, et le leur expliquer aussi ; ou encore vous ne verrez pas cet opposant quivoirien, pour qui  s’engager en politique se résume à porter des costumes  *:)) Marrant, se mettre au devant des populations ou les organiser à la protestation contre les errements de gouvernance du pouvoir quivoirien, errements qui ne manquent pourtant pas : augmentation vertigineuse du coût de la vie, accaparement des richesses nationales par un groupuscule,  inaccessibilité à l’instruction, à la formation et à l’emploi,  corruption,  prédation économique, endettement démesuré, gabegie, exploitation et marginalisation de la gent féminine, népotisme, tribalisme, mensonge d’État, etc. D’ailleurs pourquoi procéderait-il ainsi cet opposant mesquin et hypocrite qui préfère dire « oui » alors qu’il pense « non », oui  pourquoi agirait-il ainsi cet opposant également narcissique, égocentrique et arrogant, puisqu’il  voit bien qu’il peut bien se priver du vote des populations pour  facilement et rapidement accéder au pouvoir par le haut. Et cela en parrainant et en finançant des coups d’État et des insurrections armées Emoji. Cet opposant voit bien que ce sont  en outre là des moyens plus sûrs de sécuriser le pouvoir  en vue de sa conversation. Se constituer un cercle de fidèles est plus important pour ce responsable politique quivoirien suffisamment imbu de sa personne pour ne pas voir qu’il est ainsi un chainon des troubles avec son corolaire de violence  Emoji. Ou encore il ne voit pas qu’il pose les fondations du cycle infernal de l’instabilité politique en recherchant le pouvoir par le haut au détriment d’une noble culture de la paix et de la responsabilité par une  quête du pouvoir par le bas à de futures élections.

Léopard est joli, mais son cœur est mauvais,

comme le dit un proverbe en Côte d’Ivoire.  Mais difficile pour le peuple quivoirien encore sous l’emprise de relents géopolitiques de le voir Emoji.

  • Le pouvoir quivorien

D’autres grands intellectuels quivoiriens qui sont déjà au pouvoir préfèrent simplement s’y accrocher vaille que vaille, ne voyant pas que ce sont bien eux, plutôt que les Blancs et leurs opposants à qui ils attribuent tous les malheurs de leur pays, qui sont les garants de la démocratie et de la paix sociale en Quivoirie.

Quand ils en sont tout de même chassés, par la force malheureusement, ne comptez pas sur eux pour prendre ne serait-ce qu’un peu de  hauteur et réaliser leur mea-culpa, et même penser à relancer leur retour sur la scène politique  et le consolider par un programme politique et des actions sociales ou une plus grande proximité avec les populations.

Ces opposants quivoiriens là, pour qui le coupable c’est toujours l’autre, préfèrent plutôt s’emprisonner dans l’enfer de leur rancune Emoji, confiant cependant  leur destin à la providence. Mais ils sont suffisamment aveuglés par leur orgueil pour ne pas justement voir que la providence d’une part n’élève que les humbles dont ils  se bornent faire parti, et d’autre part prend soin de disperser les orgueilleux (Luc1, 51-52) dont ils arrivent eux-mêmes à se convaincre d’être à l’opposé.

Ou encore le retour en politique de l’ancien régime quivoirien est conditionné, comme par hasard, par un contrôle de l’organisme chargé de l’organisation des élections.  Leurs partisans, des militants quivoiriens, ne voient pas que ces anciens gouvernants là, en qui ils croient plus qu’en eux-mêmes, qu’ils ont même élevés  au rang de véritables messies quivoiriens  *:)) Marrant, n’ont que faire de leur condition difficile  de vie. Tout ce qui les intéresse, c’est le pouvoir qu’ils ont pourtant eu de longues années durant et s’en sont servi pour se prendre plusieurs femmes, ou pour poser de plus profondes fondations à la corruption, à l’impunité à l’autoritarisme et au  clientélisme.

« Le chien n’entre vraiment  pas dans les endroits où l’on a faim » lui qui par ailleurs « ne change jamais sa manière de s’assoir »,

comme le disent le proverbe et l’adage. De  vrais chiens les opposants extrémistes quivoiriens.

  • Le régime quivoirien et le concept de quivoirité

Ah oui, ce fameux concept identitaire de quivoirité. Dans un premier temps,  Le régime quivoirien préfère crier à la  quivoirité en réponse à la fraude et la corruption dont se plaignent ses opposants  lors de scrutins quivoiriens. À la volonté ensuite d’une émancipation politique de ses anciens alliés politiques, qui non seulement redorerait son blason et crédibiliserait son pouvoir qualifié d’autoritariste et de tribaliste par les observateurs, mais aussi garantirait un pluralisme politique, sans oublier qu’elle  redynamiserait par ricochet la vie politique en Quivoirie, condition sine qua non pour un débat d’idées indispensable au progrès en terre de Quivoirie… en réponse donc à la volonté d’indépendance politique de ses anciens alliés,  le régime quivoirien préfère encore crier à la quivoirité, véritable vache à lait  pour politique quivoirien, grand adepte de la manipulation.

D’ailleurs, faut-il le rappeler, la quivoirité, est ce concept qui prétend faire la promotion de la culture et de la singularité des citoyens quivoiriens en exaltant la priorité à ceux-ci, mais qui sournoisement flirte dangereusement avec l’autarcie, la xénophobie  et la discrimination en faisant de certains  ressortissants de la Quivoirie des citoyens de seconde zone en raison de leur supposée origine étrangère.   Ceux-ci ne seraient plus citoyens de Quivoirie en raison de leur nationalité, mais pour leur identité et d’autres fantasmes de politiques quivoiriens.

Finalement entre la fraude, la corruption,  le tribalisme et la discrimination dont on accuse le régime quivoirien, et qui n’arrangent personne y compris les partisans du gouvernement quivoiriens… entre donc ces facteurs de discrimination, favorables à l’appauvrissement, et la quivoirité qui fait miroiter la fin des injustices, mais  promeut de façon voilée un nationalisme sournois et une discrimination inavouée, le citoyen quivoirien a vite fait de pencher du côté de la Quivoirité qui semble se soucier de son bien-être en tant que ressortissant de la Quivoirie. Le discours des nationalistes en Europe et en Amérique  et ses conséquences est pourtant un exemple que le régime  quivoirien ne voit pas, aveuglé par sa manipulation de la communauté internationale en vue de discréditer ouvertement ses adversaires politiques dans l’optique de conserver le pouvoir Emoji.

Finalement le gouvernement  quivoirien, par sa malhonnêteté  et son goût du pouvoir, recrute pour la quivoirité, cette vision discriminante de la société de Quivoirie et  ennemis de la quiétude sociale. Ainsi le brassage interethnique et même sous-régional et international en Quivoirie aura à en pâtir, avec comme toujours des risques de troubles qu’a pourtant connu le territoire quivoirien par le passé.

Voilà donc où le manque de réalisme, la fraude, l’arrogance, la mauvaise foi, la malhonnêteté, l’autoritarisme, le goût démesuré du pouvoir et les manipulations éhontées  du régime quivoirien conduiront la Quivoirie.

« On est entrain de te décapiter et tu dis : « que ma barbe ne tombe pas dans la boue ! « .
comme le dit un proverbe  en Côte d’Ivoire.

En sommes,   opposants comme gouvernants  quivoiriens préfèrent se soucier de leur chapelle alors que le pays sombre petit à petit dans l’instabilité.  Le plus triste est qu’ils ne voient pas qu’ils sont les acteurs de ces troubles imminents. comment en serait-il autrement puisqu’ils voient rien d’autres que leurs intérêts particuliers.Emoji

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *