Socialistes i voit rien et libéraux à visage humain : blanc bonnet et bonnet blanc

https://www.flickr.com/photos/121330127@N08/13379756815/in/photolist-mojKyk-4rwM4Y-48zpw5-9ENn7e-4rwLFA-omh6td-48voxZ-9ujeSR-jYCh1E-py1Pno-MXFH2-9wSbFA-cgxQuG-ax6mDh-dW6E8D-48voVg-cQWoBE-9sHniN-fhSec7-951Ao4-deom1j-dWcgUA-eqBQmo-dkFqtj-9t9DtK-dkFEPB-48zpqj-dWcgNS-dW6Eck-9zwaZ2-dWcgCq-bjEQ3x-CePhj2-8P9ofe-cx2rHS-dWcgeW-8PctXy-aqTdHx-4rsMF6-8PctV9-8Pwjfv-dW6DKi-99a4J2-cx2rwq-bp4WHp-dWcgGW-48zpms-8WRq3w-aMQHbK-fk7y7x

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. CC flickr.com

Dans sa jeune histoire de pays indépendant, la Côte d’Ivoire a fait l’expérience de deux grands courants de gouvernance. Ce sont : le socialisme, récemment avec le FPI et le libéralisme auparavant avec le PDCI et aujourd’hui avec le  RHDP. Sur papier ces courants sont différents, mais  dans le quotidien des Ivoiriens pourtant tout tend à les rendre identiques malgré leur différence d’appellation : socialisme i voit rien et libéralisme… à visage humain

Avec ces appellations, socialisme I voit rien et libéralisme à visage humain, il faut évidemment comprendre que le génie politique *:)) Marrant  ivoirien est inconsciemment passé par là.

Le socialisme  I voit rien

C’est ce socialisme qui accorde la primeur aux intérêts particuliers sur l’intérêt général, tout en ne voyant pas qu’il sort du socialisme pour faire de l’individualisme et pis, du surplace. Ce socialisme est fondé sur l’idéologie du Gor : « Gbagbo ou rien », pratiquée par l’aile radicale du FPI.  Il faut entendre par là sans Laurent Gbagbo pas d’opposition, pas  de politique, pas de Côte d’Ivoire, en somme, pas de vie.

Ce choix politique qui accorde la primeur à l’intérêt particulier sur l’intérêt général a pourtant le don de révéler que les populations ivoiriennes ne doivent compter sur personne d’autre que sur elles-mêmes pour protester contre la dégradation de leurs conditions de vie, et partant pour de meilleurs conditions d’existence. Dans le même temps, on imagine bien ce que nos socialistes I voient rien, socialisme sournoisement axé sur les intérêts particuliers,  feraient du pouvoir si par miracle ils l’obtenaient à nouveau.

Pas besoin de conjecturer à ce sujet, le passé dit tout : organisations de cérémonie d’anniversaire, de mariages et même de funérailles grandioses,  mallettes d’argents oubliées dans des hôtels cinq étoiles en Europe, clientélisme dans les concours d’accès à la fonction publique, création de sociétés écrans pour mieux détourner les deniers publics, détournements dans la filière café-cacao, goût démesurée de l’argent par la permission d’entrée au pays de bateaux poubelles pour se faire de l’argent facile au mépris de la santé, pis de la vie des Ivoiriens.

Il y a donc vraiment à boire et à manger dans  ce socialisme ou Gor, sans compter le fait qu’il y a aussi à se défouler, avec tous ces comptes à régler avec les adversaires politiques du RDR et du PDCI. Mais si le Gor accède au pouvoir, il n’y aura rien de nouveau sous le soleil ivoirien  malgré la volonté du pouvoir actuel de rendre son libéralisme comme par hasard  à visage humain.

Libéralisme… à visage humain

C’est le libéralisme pratiqué par le régime ivoirien. Le libéralisme pratiqué aux États-Unis et dans d’autres pays développés à travers le monde entier est certainement monstrueux si bien que le pouvoir ivoirien lui a trouvé un visage humain *:)) Marrant. Mais la lune ne peut masquer  la nuit, tout porte à croire que  à visage humain a été accolé  au libéralisme du gouvernement  pour en cacher le visage inhumain.

Comme les socialistes ivoiriens, les libéraux à visage humains ont également

le goût de l’argent . La persistance des détournements, du clientélisme, des micmacs dans l’attribution des marchés publics, les rapports suspects à l’argent, en somme de la corruption etc. en sont la preuve.

Un autre détail les assimilant à ne pas négliger : leur goût démesuré du pouvoir.  Les socialistes I voient rien  avec ce slogan de campagne : « On gagne ou on gagne » qu’ils ont mis à l’œuvre en refusant de céder le pouvoir après avoir perdu les élections en 2010 ; et les libéraux à visage humain, en distribuant des millions aux anciens rebelles malgré la paupérisation grandissante, tout ça pour éviter de perdre leur si précieux pouvoir.

Par ailleurs leur rancune tenace, au mépris de la réconciliation  nationale, rend nos socialistes et nos libéraux également identiques trait pour trait : nos socialistes nourrissent le secret espoir de faire un jour leur fête à ceux qui les ont évincés du pouvoir : les libéraux ; et nos libéraux à visage humain maintiennent injustement en prison, sans procès, depuis 2011 ces socialistes qui, pour eux, sont la cause de toutes leurs souffrances lorsqu’ils étaient dans  l’opposition.

La priorité à l’intérêt personnel sur l’intérêt général rend en Côte d’Ivoire libéraux à visage humains  et socialistes I voient rien pareils.

Il est donc compréhensible que nos socialistes I voient rien pour qui la politique se limite à la seule personne de Laurent Gbagbo, ne veuillent pas s’opposer aux libéraux à visage humain actuellement au pouvoir, sinon ils auraient des obligations de moralité à faire valoir si jamais il revenait au pouvoir. Mais avec de telles motivations comment pourraient-ils l’obtenir encore ?

A quelque chose malheur est bon, à y voir de près, cette situation pourrait faire des émules et susciter de nouveaux dirigeants pour la Côte d’Ivoire. Cependant, cette révolution ne serait pas pour demain en raison de la dégradation générale des valeurs morales.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Commentaires

    1. Ah, tu l’as dit. les gens sont opposants parce que c’est pas eux qui mangent. une fois au pouvoir, ils oublient qu »ils avaient été opposants parce qu’ils mangent à présent. Dieu nous aide !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *