Pépé président et l’art du sous-développement

A young boy sits over an open sewer in the Kibera slum, Nairobi.  en.wikipedia.org

enfant assis devant un caniveau à ciel ouvert CC de wikipedia.org

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître et autant qu’existe l’art du chant, de la danse, de la peinture, de l’écriture, de la musique, etc., il y a aussi un art du sous-développement. Découvrons ensemble cet art pratiqué d’un bout l’autre de l’Afrique ainsi que ses grands acteurs que sont les pépés présidents et leurs disciples.

Oui, vous l’avez bien compris : un art du sous-développement. Ou si vous voulez, l’art de l’immobilisme. Ou encore de manière plus pudique, on dira : l’art du changement dans la continuité *:)) Marrant . Et, ce n’en sont pas les acteurs qui manquent.

Ses premiers acteurs et les plus illustres certainement sont ces chefs d’États, adeptes de la présidence à vie. Pour prouver leur génie, certains parmi eux vont de reformes constitutionnelles en reformes constitutionnelles tout simplement pour mettre leurs mandats à zéro. Comme le sphinx qui renaît de ses cendres, mais véritablement, comme une vipère qui fait régulièrement sa mue, ils se redonnent ainsi de nouveaux mandats en toute innocence. Mais l’aspect ne trompe pas, la vipère a beau changé de peau, elle ne deviendra jamais un agneau, même pas un ver de terre.

Pour revenir à nos industrieux présidents, On remarquera ainsi qu’auparavant, d’une situation radicale de parti unique où le président de la République pouvait demeurer à vie au pouvoir, l’on est passé, et pour faire plus civilisé en raison du vent de démocratie qui a soufflé sur l’Afrique au début des années 90, à la limitation des mandats présidentiels à deux. Cerise sur le gâteau, il y a même eu la limite d’âge à la tête de l’État, pépé devant certainement laisser la place aux plus jeunes et consacrer le reste d’une vie vouée au développement de son pays à voir grandir ses petits enfants, justement dans ce beau et grand pays qu’il a bâti de ses propres mains.

Mais hic, de la limitation des mandats, et avec certainement l’évolution *:)) Marrant, certains États en sont passés à l’illimitation, les pépés que le pouvoir n’a pas encore usé voulant vaille que vaille en découdre avec le sous-développement qui perdure dans le pays qu’ils gouvernent depuis des décennies.

Entre nous, qu’est-ce qui n’a pas été fait durant vingt-cinq, trente ans de pouvoir qui pourra l’être dans vingt, trente, voire cinq autres années de pouvoirs, sinon les mêmes errements, surtout qu’au coût élevé des matières premières, notamment le pétrole (plus de 100$ le baril), durant toutes ces années de pouvoir de pépé président suit aujourd’hui des coûts à moitié moins avec de plus l’inflation et tout les reste.

Oui qu’est-ce qui n’a pas été fait durant ce long règne qui pourra désormais l’être surtout qu’à la jeunesse et la bonne santé de pépé président d’il y a trente ans a succédé sa vieillesse avec tous ses ‘‘faux amis’’, mais amis tout de même, que sont Parkinson, Alzheimer, Prostate, hypertension artérielle, Sénilité, etc., sans oublier le bon vieux Arthrose *:( Tristesse. Et lorsque l’on imagine que le pays se réduit à cette personnalité si particulièrement entourée, pas besoin de deviner l’état dans lequel il se trouve. Bonjour l’immobilisme, pour ne pas dire la sclérose étatique.

Ou bien, pépé président se maintient au pouvoir parce qu’il craint qu’en le cédant aux jeunes générations, ses belles et grandes réalisations tombent en ruine. Mais, en réalité et avec plus d’attention, on constatera que pépé président s’est tellement réalisé *:)) Marrant  au pouvoir au détriment du pays, du peuple qu’il n’aura le salut qu’en se maintenant désespérément à ce pouvoir. Et puis en tant qu’ancien rebelle, il n’a pour d’autres choix que la présidence à vie, enfin, en attendant qu’un putsch ou un soulèvement populaire vienne l’en éjecter avant que le bon Dieu veuille le rappeler auprès de lui pour affaire le concernant *:)) Marrant .

En fin génie politique, mais surtout en vieux gorille des forêts brutalement déflorées et quotidiennement violées d’Afrique, à qui l’on n’apprend pas à faire la grimace, la comédie aussi, pépé président sait bien masquer ses propres échecs à la tête de l’État quand il y est encore. Il proclamera par exemple la fin de gabegie, corruption, népotisme, etc. Normal, puisque étant le seul gouvernant du pays depuis des  décennies, lui seul peut proclamer la fin de ce qui a proliféré avec son règne. Mais, en réfléchissant un peu, il saurait que son départ du pouvoir serait déjà un début de la fin du népotisme, de la gabegie, de la corruption, etc. Mais, il se maintient au pouvoir et avec lui tous ces facteurs de sous-développement.

Et, il n’est pas du tout surprenant que ce fin stratège du sous-développement, donc par ailleurs vieux diable… rouge, fasse des émules parmi ses voisins les plus proches, comme lui anciens rebelles ayant fait leur mue pour devenir de jeunes et dynamites présidents. Comme pépé président, vieux diable rouge de la politique dans son pays, ces jeunes disciples rêvent également d’être, mais ça, ce n’est pas du tout évident, les futurs vieux léopards de la politique dans leurs pays. Enfin, sait-on jamais, avec les micmacs politiques et tout ça…

Dans tous les cas, en voyant l’habileté de pépé président à s’accrocher au pouvoir et par conséquent à maintenir son pays dans le sous-développement, on ne peut que s’exclamer : « Quel génie ! ».

Oui, « quel génie ! »  ! Il s’agit de ce génie des eaux, des montagnes, des forêts, etc., bien connu en Afrique et qui ne doit sa longévité qu’aux sacrifices humains qui, dans un monde dit moderne, se réalisent symboliquement par les violentes répressions, les guerres civiles et autres conflits armés ; autant de drames par lesquelles pépé président, véritable artiste du sous-développement, se maintient au pouvoir.*:( Tristesse

3 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *