Papa président, le sauveur (II)

Superman png by yberHades from Flickr.com CC

Superman png by yberHades from Flickr.com CC

Véritable personnage de la politique africaine moderne et démocratique, l’héritier des présidents fondateurs et autres pères de la nation qu’est papa président, le sauveur ne cessera décidément de surprendre. D’une spiritualité incommensurable et d’une sagacité du même genre, papa président prouve encore une fois qu’il est celui qui sauvera l’Afrique, à condition bien sûr qu’il fasse autre chose que de la politique*:)) Marrant . Ce qui évidemment n’est pas à l’ordre du jour. Soit, voyons à présent des exploits du sauveur, papa président.

Papa président, nous le savons, est surtout un chef d’État. Quand il réalise une bonne action, comme faire des largesses fiscales aux investisseurs étrangers *:)) Marrant pour en attirer davantage et que, n’ayant pas le choix, on lui lance tout de même des fleurs, il veut qu’on lui jette la flore, et quelques fois la faune avec. Mais quand, de toute part, il reçoit comme des flottes (critiques et autres), il ne se dit pas que c’est parce que sa politique a pu être un flop, il crie sur tous les toits que contre lui ça complote. Il crie même à l’insurrection, à la rébellion, voire au diable.

N’oublions pas que papa président, le sauveur est le pasteur de ses brebis, le peuple. Après qu’il ait échappé à un coup d’État ou qu’il en soupçonne, faites l’erreur de parler de Jésus Christ et du pardon à ce pasteur de papa président il vous répondra simplement :

« son père, Dieu, avait déjà dit : « Œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied » ».

Tentez d’approfondir la conversation, et vous saurez de papa président, le sauveur qu’il n’est pas vindicatif vis-à-vis de ceux qui tentent de le chasser du pouvoir parce qu’il ne veut qu’avoir au moins un mandat présidentiel bonus. Il ajoutera qu’il n’est pas injuste contre ces derniers qu’il traite d’ennemis de la nation, il ne fait que respecter la loi ; et puis, il y a le fauteuil présidentiel :

« Ce n’est pas un banc »,

vous dira-t-il. De plus, il n’y en a qu’un.

Apportez la réplique à ce pasteur au relent de loup ravisseur en lui disant que Jésus Christ a dit :

« Si on te frappe sur la joue droite, présente encore l’autre joue ».

Il vous demandera simplement :

« Et si on veut te prendre ton pouvoir ? »

parce que pour papa président, le pouvoir est non seulement sa propriété, mais le perdre, c’est pire que recevoir une gifle. Et puis, il n’y a pas deux fauteuils présidentiels, imaginez la réaction de papa président. Mais de réaction, il se donne le luxe de ne pas en avoir puisqu’il sait prévenir les gifles, lui. Pour ce faire, il actionne sa stratégie de défense préventive contre la perte du pouvoir : complot contre ses plus fidèles et compétents qu’il considère en son for intérieur comme des rivaux ; meurtre, disparition et emprisonnement de ses opposants affirmés. Protestez contre cette gouvernance malveillante, il vous demandera :

 « Ne suis-je pas papa président, le sauveur ? Depuis quand est-il mal de combattre le mal ? ».

En homme vraiment aimant dont la principale préoccupation est de sauver son peuple, il retire de l’esprit de celui-ci toute idée de le renverser un jour du pouvoir. Il faut dire que pour lui, la moindre manifestation pour l’alternance au pouvoir est synonyme de coup d’État.

Pour éviter donc à son peuple le désastre de ne plus l’avoir comme chef d’État, papa président met ce peuple à l’abri de ce qui pourrait les emmener à ne plus vouloir de lui comme président. Il les prive en effet de besoins, dans le mauvais sens, bien entendu. Ayant une véritable connaissance du genre humain, Il ne  fait pas sentir aux  populations un semblent de goût de commodité parce qu’elles pourraient lui demander plus. Pour ce faire, en bon pasteur, il applique, selon sa compréhension et en fonction de ses ambitions bien entendu, toutes les lois bibliques d’amour du prochain.

Ainsi, il s’arrange à ce que les populations ne connaissent rien d’autre que le froid et le dénuement, il leur prend leur manteau, ne leur laisse même pas leur tunique, le caleçon est un luxe pour d’autres ; il ne leur fait pas miroiter un tout petit repos et du répit, il les rend corvéable à souhait notamment lors du service militaire obligatoire ; le comble, il trouve quand même le moyen de toujours réclamer effort économique sur effort économique à ce peuple à travers taxes, impôts et autres. Et quand l’on veut emprunter à papa président pour se lancer dans des entreprises, sans même vous le dire, vous comprenez qu’il ne prête pas aux pauvres.

Papa président, le sauveur, en tant que gouvernant modèle, a l’imagination très fertile. Il a en effet des projets plein la tête. Pour les rendre réalistes, il leur donne des noms. C’est d’abord :

 « Les douze chantiers de l’éléphant d’Afrique ».

Il se voit en hercule de la savane et de la jungle africaine. Mais à cause de tous les boulets qu’il traîne (détournement de deniers publics, tribalisme, pots de vin, abus de pouvoir, etc.) quoique éléphant, il est incapable de faire un seul pas avec sa première brique. D’ailleurs lui-même est déjà embourbé dans la gabegie, la malle gouvernance et la corruption pour pouvoir mener à bien un quelconque projet. Mais là encore, il crie au complot international, national, tribal, voire familiale. *:)) Marrant

Comme projet, il y a aussi :

« la Refondation ».

Papa président a tellement confiance en lui, ou peut-être est-il autre chose ?, dans tous les cas, en détruisant les anciennes fondations de la maison-pays pour en construire de nouvelles, il oubliait qu’il était à l’intérieure de cette même maison. Mais, papa président a tous ses sens, il est même ingénieux. Se rappelant qu’en procédant ainsi la maison peut s’écrouler sur lui, et emporter prématurément le sauveur de son peuple qu’il est, il décide donc de procéder autrement : oubliée la refondation, place à la reconstruction, mais sur les anciennes fondations de corruption, de détournement, de tribalisme, de régionalisme, etc.*:)) Marrant  Mais pour construire dans ces conditions, il faut détruire. En tant que personnage politique industrieux *:)) Marrant, quand il ne s’installe donc pas confortablement au pied du mur pour le détruire, il est simplement bien assis dessus. Imaginez la suite dans les deux…. *:)) Marrant

Un troisième projet enfin de papa président, le sauveur, le plus impressionnant certainement, c’est :

« l’Émergence »,

il s’agit plus clairement de l’émergence du pays. Cette émergence renvoie à la remontée des profondeurs abyssales, profondeurs qui symbolisent toutes les situations défavorables dans lesquelles peut se trouver le pays.

Mais étrangement, sous le règne de papa président, le sauveur, le pays est plus énervent qu’émergent. Il y règne toute sorte d’inégalité et des contractions absurdes. A la croissance économique par exemple y suit un accroissement de la pauvreté. La vie y devient de plus en plus chère pendant que le pouvoir d’achat des ouailles de papa président ne fait que maigrir comme peau de chagrin.

Papa président le sauveur, en super pompier, vient donc éteindre le feu qu’il allume lui-même ou qu’il contribue à attiser en étant un fervent défenseur conscient ou inconscient des monopoles. Gagne-t-il quelque chose à promouvoir les monopoles ? Dans tous les cas, papa président s’y connaît en monopole puisque lui-même s’accroche bec et ongle, souvent même avec les dents, au pouvoir. Quelques fois, il met également sa langue à contribution, au propre comme au figuré.

Pour revenir au feu de papa président, pour donc l’éteindre, en grandissime sauveur, il prend par exemple soin de revaloriser les salaires. Youpi ! Mais papa président, homme cultivé et grand amateur d’adage sait qu’

« à malin, malin et demi ».

En fin stratège politique, et en homme toujours d’un génie extraordinaire, il ne lui reste plus qu’à adapter cet adage à la situation. Ce qui donnera :

« à augmentation, augmentation et demi ».

En clair, augmentation des salaires des agents de l’État, dans le même temps, augmentation du coût de l’électricité par exemple, et du coût de la vie en général.

Ainsi papa président, homme généreux devant l’Éternel, te fait un don à midi, et te le reprend à midi une minute. En terme plus religieux (de la religion de papa président, le sauveur, bien entendu), ce que donne sa main droite, sa main gauche le lorgne.

Il n’y a vraiment rien de surprenant puisque papa président, il aime l’argent plus que les gens. *:( Tristesse

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *