Côte d'Ivoire : Bouaké, prévient-on vraiment Ebola ?

 

crédit photo Christ Koffi
Fut d’eau javellisée posé au beau milieu du parking de l’université Alassane Ouattara (ex université de Bouaké) crédit photo Christ Koffi

 Depuis plusieurs mois maintenant, Ebola fait rage dans la sous-région ouest-africaine au point d’avoisiner les 7000  morts. Mais, ayant très tôt pris le taureau par les cornes, les autorités ivoiriennes ont, grâce à plusieurs mesures,  pu éviter l’entrée du virus Ebola en Côte d’Ivoire.

Dernièrement, la Côte d’Ivoire est passée à la vitesse supérieure en déconseillant les serrages des mains, les accolades, etc., mais encore plus en conseillant de se laver fréquemment les mains. C‘est ainsi que lors de la messe, par exemple, l’on ne sert plus les mains pour se souhaiter la paix dans les églises catholiques de Côte d’Ivoire, les élèves comptent parmi leur liste de fournitures scolaires, eau de javel, savon en poudre et gèle hydro alcoolique.

A l’université Alassane Ouattara (ex université de Bouaké), on prévient aussi Ebola. Ainsi un grand fut blanc  (photo ci-dessus) sur lequel est inscrit :  » lavage de mains ici ; eau + javel » attend étudiants, enseignants, employés de l’université et visiteurs. Mais c’est vraiment dommage car c’est à peine si l’on prête attention à ce fut d’eau javellisée.

Autant qu’un malade d’Ebola qui inspire méfiance et crainte, ce fut blanc, tout droit sorti d’un film de science fiction, semble être mis en quarantaine sous le chaud soleil, au beau milieu du parking de l’université Alassane Ouattara (ex université de Bouaké).  Ainsi y-a-t-il prévention contre Ebola puisque ce fut d’eau javellisé ne sert véritablement pas ? Ou bien préfère-t-on plutôt guérir que prévénir ? J’espère que non.

Félicitation  à ces rares personnes qui se lavent les mains à cette eau javellisé, faisant ainsi comprendre qu’on n’a pas besoin de côtoyer des malades d’Ebola pour savoir qu’il faut prévenir cette terrible maladie. Il serait trop tard.

Partagez

Auteur

Commentaires

Aboudramane koné
Répondre

Ah les ivoirien! les africains! certains n'y croient pas encore. que c'est triste suy. et je les comprends d'ailleurs si des chaîne comme afrique-média que le sida n'existe même pas, c'est pas l'ivoirien lamda qui coira en l'existence d'ebola. Merci de nous alerter tous.gbès est mieux que dra.

revedehaut
Répondre

C'est une réalité. Afrik media ne fait que son commerce. Il faut bien qu'il vive, même au mépris de l'objectivité ; et, c'est dommage. Il revient simplement à l'Ivoirien de prendre conscience que sa vie n'a pas de prix. L'Ivoirien a le choix entre faire augmenter l'audiance de ces medias qui n'existent que pour s'opposer ou préserver sa vie. Je sais l'Ivoirien, peut-être désorienter avec tout ce que la Côte d'Ivoire a vécu, mais assez intelligent pour voir la ralité en face : La vie n'a pas de prix. Alors; mieux vaut la préserver que la perdre.