Qui a dit que le Prado (le Président de la République Alassane Dramane Ouattara) se présentera à la présidentielle de 2020 ?

Ça spécule énormément en Côte d’Ivoire au sujet de la candidature de ce 4 × 4 Tout-terrain politique qu’est le Prado pour un 3ème mandat à la présidentielle de 2020. Le débat ne devrait pourtant pas avoir lieu puisque tout, pour ne pas dire vraiment beaucoup trop  *:)) Marrant dans les manœuvres  du Prado  prouve que lui pense certainement déjà à l’après présidence au terme de son 2nd (et dernier pour certains)  mandat qui prend  fin en octobre 2020.

Alassane Dramane Ouattara by Basile Zoma. Archive : 31 octobre 2010

Dans un premier temps, le Prado, en grand démocrate,  n’est vraiment pas, comme son protégé Compaoré, pour les conduites à risque, notamment le tripatouillage de la constitution  dans le but de s’éterniser au pouvoir ; il est pour l’alternance, puisqu’il en est lui-même le produit. Mieux, il est pour le renouvellement de la classe politique ivoirienne. Il a en effet clairement affirmé son souhait de voir une nouvelle génération à la tête de l’État en 2020.  Il avait même, à cet effet, il y a quelques mois,  invité son aîné et  néo-ancien principal soutien HKB (Henri Konan Bédié) à se joindre à lui. Dans un contexte de début de divorce avec cet indispensable allié politique, il lui avait pourtant lancé un appel sincère et honnête, sans donner l’impression que c’est plutôt ce dernier et non  lui qui était encore intéressé par la fonction suprême *:)) Marrant, comme le pensait certains analystes politiques très avertis.

C’est  parce qu’il veut voir une nouvelle génération à la tête de l’État que le Prado s’est en outre depuis longtemps clairement fait le carburateur  de la jeunesse. La preuve, son gouvernement compte de jeunes ministres, même si d’une part la très grande majorité de ses ministres, comme lui ne sont pas des petits  jeunes et  que d’autre part l’entrée de  certains de ses ministres en politique date de Mathusalem. Mais en fait rien ici ne milite en défaveur de l’amour du Prado pour la régénération de la classe politique. Par conséquent son désire de tenir parole de ne pas se représenter en 2020 pour un 3ème  mandat demeure indubitablement intact *:)) Marrant.

Dans un deuxième temps, pour ceux qui doutent encore de la bonne foi du Prado… Comme la dénomination de l’un de ses ministères, il affirme encore une fois vraiment sa « promotion de la jeunesse ». La nouvelle constitution ivoirienne  a ainsi rabaissé l’âge à la candidature à la présidence à un âge plus jeune (35 au lieu de 40 ans).  C’est vraiment louable même si dans le même temps, le verrou de la limite maximale d’âge fixée à 75 ans dans l’ancienne constitution a sauté dans la nouvelle qu’il a promulguée si bien qu’à un grand âge tout individu peut prétendre à la fonction suprême, lui en premier, en 2020 il aura 78 ans.

Mais diantre, cette malignité ne suffit pas à soupçonner le Prado *:)) Marrant, l’Houphouétiste revendiqué, assumé et fier, d’être nostalgique de l’époque du père fondateur Houphouët qui ne quitta le pouvoir qu’avec son rappel à Dieu !

Prétendre que le Prado avait ingénieusement, par de savant coups de volant, manœuvré pour se relancer sur la ligne de départ de la présidentielle de 2020  serait faire un faux procès à ce sage démocrate qui n’est pas obsédé par  la présidence de la République comme son ancien homologue Abdoulaye Wade en son temps.  Le Prado lui, a en effet, dans un troisième temps, des dauphins. Pas un seul mais plusieurs, comme lui-même l’a confié, au moins 4 qu’il s’est stratégiquement gardé de nommer. Mais bon, l’existence de ces dauphins même et leur nombre encore plus rendent vraiment peu probable sa candidature en 2020 car ce demi dieu pour ses partisans a le choix parmi ces 4 successeurs aussi anonymes qu’inexistants *:)) Marrant

Bon, on l’avoue, il a le choix sans cependant avoir le choix : s’engager pour un 3ème mandat pour la présidentielle de 2020. Car contrairement à certains chefs d’État africains ADOrateur du pouvoir, le Prado aura, lui, le mérite de s’engager pour de nobles causes : éviter les divisions dans son camp, qui ressemble déjà à un panier à crabes, afin de garantir la paix en Côte d’Ivoire ; se passer de la vaine aide d’un Shadary Houphouétiste afin d’espérer toujours contrôler le pouvoir à défaut de le perdre en s’en retirant dignement *:)) Marrant.

Et puis enfin pour ceux qui doutent encore de la bonne foi du Prado,  les dissensions avec le « jeune homme » comme lui-même appelle avec condescendance Guillaume  Soro, son ancienne allié, qui ne fait aucun mystère de sa candidature en  2020… ses mésententes avec ce dernier ne sont donc que de simples divergences de vue entre un éventuel future fils prodigue, mais pour l’heure « fils rebelle » et un père Prado agacé que ce tout jeune ex PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE de Côte d’Ivoire  n’attende pas son heure qui n’existe sur aucune horloge politique *:)) Marrant.

Cette  querelle, pour ces analystes politiques qui seraient tentés de faire des rapprochements hâtifs, ne ressemble pas du tout à celle sournoise d’Œdipe  et son père car jamais  la mythologie grecque ne s’invitera dans la politique ivoirienne, sinon on ne l’appellerait pas « politique ivoirienne » *:)) Marrant.

Pas non plus la peine de rappeler que  cette histoire s’est terminée par un drame car on voit bien que la route qui mène à 2020 ne s’annonce pas du tout tumultueuse pour la Côte d’Ivoire, comme le ne le prouverait d’ailleurs pas non plus les ressentes manœuvres… disons nominations du Prado dans l’armée, ce dernier n’étant pas encore une fois intéressé par un 3ème mandat.

Pas donc besoin d’attendre juillet 2020 pour voir si le Prado fera le plein pour la présidentielle 3 mois plus tard, car là, 16 mois avant, on le voit bien… ses réservoirs débordent  *:)) Marrant !

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *