« Jeunesse » : c’est juste un concept politique (suite)

Parce qu’elles sont pauvres,  les personnes qu’on appelle « jeunes » sont exposées à la manipulation de politiques démagogues et aux abois. Et ceux-ci en profitent car ils ne s’en souviennent que pour leur politique ; d’où d’ailleurs le caractère uniquement politique du concept « jeunesse ».

  • « Jeunesse« , un concept véritablement politique

En considérant encore une fois les rassemblements dédiés aux personnes qu’on regroupe sous le vocable de jeunesse,   il y a bien, et il faut le reconnaître, des individus de bonne condition sociale, et vraiment qui font  envie, parmi eux. Ceux-là en sont simplement  les organisateurs, avec la caution et les bénédictions du régime en place. Ils ne sont là que par une simple volonté politique, pas par amour pour ces jeunes qui sont supposés être leurs congénères, ou parce qu’ils appartiennent à la même génération que ceux-ci. La preuve, les rassemblements des individus de cette tranche d’âge (qu’on qualifie de jeunes) sous des régimes précédents, ces jeunes de bonne condition sociale là n’étaient pas présents. À cette époque même, ils n’avaient pas cette situation sociale qu’ils considèrent comme modèle de réussite pour ces jeunes. Et c’est  là une autre preuve qu’ils ne doivent pas leur évolution à leur catégorie sociale, mais à leur militantisme politique. Ce qui veut dire que  leur état de jeune est relégué au second plan ou n’existe pas simplement. Ici leur statut de militants politiques est mieux adapté pour les identifier.  Et quand leur état de jeune réapparaît, comme par enchantement, c’est juste un moyen de manipulation des individus de cette tranche d’âge, en raison encore une fois de leur condition de vie difficile.

Et puis à ces rassemblements là ne sont pas invitées les associations de jeunes de l’opposition.   On préfère lancer des invitations globales à l’ensemble des  jeunes sans  les étiqueter politiquement. Cette option serait louable si ce n’était pas l’exception qui confirmait la règle. Qui oserait en effet inviter son adversaire politique à sa table ? Parce que cette foule de jeunes là est bien convoitée comme réservoir de voix et pour d’autres choses encore, il faut s’épargner la concurrence.  C’est là  une preuve que ces rassemblements là sont plutôt politiques que sociaux. Et par conséquent jeunesse est plutôt un concept politique qu’une réalité sociale, d’autant plus qu’il est évoqué par le pouvoir politique pour donner l’impression à des individus d’une  certaines tranches d’âges qu’ils ont du prix à ses yeux.

Que ces personnes qu’on appelle jeunes  se détrompent, elles ne comptent pour aucun régime, sinon pour être manipulées. Parce que si on tenait à elles, on n’aurait pas besoin de crier sous tous les toits l’intérêt et l’amour qu’on leur porte à travers les manifestations qui sont organisées expressément pour elles, puisque les réelles institutions consacrées aux individus de leur tranche d’âge existent déjà. Ce sont au moins les ministères de l’éducation, de la formation technique et professionnelle, de l’enseignement supérieur, de l’emploi ainsi que les organismes publiques chargés de l’insertion professionnelle des diplômés, des chômeurs et des sans emploi. Si ces organismes et institutions étaient mieux organisés et pourvus en budgets (qui au passage sont dilapidés dans des manifestation et un ministère de la jeunesse qui n’a pas sa raison d’être), on ne parlerait pas de jeunes, Mais bien d’individus responsabilisés et responsables parce qu’ils auront été mieux outillés pour le reste de leur vie, à l’image des stars et célébrité et autres travailleurs de leur génération dont la plupart a bien bénéficié d’une formation et d’un encadrement sérieux pour être ce qu’elle est.

Une autre preuve que le terme jeunesse est juste un concept politique : il existe bien, en Côte d’Ivoire  par exemple, un ministère de la jeunesse, alors qu’il n’y a pas de ministères  de la vieillesse ou pour les personnes âgées. C’est vraiment absurde, n’est-ce pas ? Et cela d’autant plus que ne sont pas organisés des manifestations et des rassemblements pour ces vieux et vieilles.

Les institutions et manifestations pompeuses expressément crées et organisées pour la jeunesse (comme par hasard à l’approche des élections)  sont à l’origine illusoires autant que ceux pour qui elles ont été créés. Elles sont de plus discriminantes car  un individu d’un âge moins élevé qui se trouverait dans une situation de pauvreté ne mérite pas davantage de soutiens ou plus d’attentions de la part des autorités  qu’un individu d’un âge plus élevé qui serait autant indigent, tous les citoyens étant a priori égaux devant la loi.

C’est contre la pauvreté qu’il convient de lutter plutôt que pour des individus d’une tranche d’âges, si toutefois ces institutions ont été réellement créées à cette  fin. Car ils pourraient en effet être des institutions sournoises de manipulation d’individus de condition sociale précaire ou qui rêvent d’une ascension sociale fulgurante. Des associations polémiques  de jeunes qui entretiennent des liens avec ce genre d’institution en sont la preuve. Ce sont par exemple les Imbonerakure, cette milice supposée  du régime burundais, l’ancienne fameuse milice GPP (groupement patriotique pour la paix) et  les controversés jeunes patriotes du temps  du régime Gbagbo en Côte d’Ivoire. Et puis on est sans ignorer que ce sont bien ceux qu’on appelle jeune qu’on envoie en guerre.

Ce sont là autant d’arguments pour montrer que  la jeunesse est plutôt un concept politique qu’une réalité social ; de jeunes, il n’en existe que pour être manipulés par les politiques. Sinon,  les individus de cette tranche d’âge sont autant des responsables que d’autres plus âgés, d’autant plus que l’avenir est censé reposer sur eux et qu’avant tout le présent leur appartient.

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *