Chaîne de prières pour la paix en Côte d’Ivoire à la cathédrale Sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Bouaké (2)

Chapelet catholique. CC Pixabay

Calcul politique, le faux vrai éventuel 3ème   mandat du président Ouattara ou le mythe du pouvoir à une nouvelle génération en 2020

Cette séquence mérite tout un article, mais retenons simplement que l’appel du président Ouattara à Konan Bédié lors du congrès du parti unifié rhdp,

à le  rejoindre à ce parti pour préparer ensemble une nouvelle génération au pouvoir en 2020… ressemble plus au calcul politique sur fond de dénigrement et de mesquinerie. Le président qui prévoyait en effet donner  ce 6 aout  sa position claire sur un éventuel 3ème mandat de sa part en 2020 sous prétexte d’être garant de la paix en Côte d’Ivoire, aurait comme par enchantement renoncé à son projet de candidature à la prochaine élection présidentielle, et comme par hasard après que Konan Bédié, en fin stratège politique, refuse d’intégrer le parti unifié avant les élections de 2020, pressentant l’arnaque politique. À travers son appel à Bédié à le rejoindre au parti unifié rhdp pour préparer ensemble une nouvelle génération au pouvoir en 2020, le chef de l’État donne l’impression que Konan Bédié, 84 ans, prévoit se présenter en 2020 alors qu’en réalité ce dernier ne fait que demander le respect de la parole donnée lors de l’accord qui a suscité l’appel de Daoukro. Et puis, sérieusement,  le rdr grouille de « jeunes loups », ministre depuis près de 15 ans pour certains, qui   peuvent bien se passer d’un stage d’accession au pouvoir sous la direction de Konan Bédié, si c’est à eux que le président pense lorsqu’il parle de jeune génération ; A moins que le ralliement de Bédié au parti unifié rhdp ne soit en réalité le dernier obstacle au 3ème mandat d’un président qui pourrait se sentir suffisamment fort pour franchir le pas, surtout qu’il a le  sentiment d’avoir l’onction de garant de la paix en Côte d’Ivoire. Enfin soit, la politique en Côte d’Ivoire donne l’impression d’être mafieuse. Danger !!!

  • Amnistie, manipulation politique, impunité

Après que son acquittement  pour « crime de guerre » ait été cassée par la cour suprême, Simone Gbagbo bénéficie miraculeusement ce 06 aout d’une amnistie du président de la République avec 800  cent autres personnes dont les condamnations ou les procès sont en lien avec la crise post-électorale de 2010-2011.

C’est apaisant de savoir que des prisonniers politiques qui n’existaient pas (sic) soient bientôt libres ; comme c’est également révoltant de voir que cette amnistie générale sent, et c’est peu dire, la manipulation à mille  lieues.

D’abord elle viendrait abruptement en réponse au rapport confidentiel de l’Union Européenne sur la situation sociale (sic) et politique  désastreuse en Côte d’Ivoire. Ensuite elle proclame sournoisement une amnistie générale pour les crimes commis lors de la crise post-électorale 2010-2011 y compris ceux commis par les partisans du président Ouattara.

À ce propos, Soul to Soul chez qui a été découvert une cache d’arme lors de mutineries de 2017 et dont la condamnation n’a rien à avoir avec la crise de 2010 fait partie du lot d’amnistiés. Mais en réalité, ce pourrait être grâce à ce proche du président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro, ancien chef de la rébellion qui affirment de réelles ambitions présidentielles pour 2020, que tous les autres bénéficient de cette amnistie.

Ce geste de gratitude (sic) envers Soul To Soul évite au président de la République, pense-t-il,  de se mettre à dos  son plus précieux soutien : le président de l’assemblée nationale, ancien chef rebelle, qui garde par ailleurs de très bonnes relations avec ses anciens amis de la rébellion.

Le président ne fait qu’en réalité mobiliser les troupes pour 2020 vu que le pdci refuse de faire un pas de plus avec lui. Ce jeu de calcul politique relance le débat du 3ème mandat d’Alassane Ouattara. Et le fait que ce 6 aout il ait préféré, tacitement, tisser une toile de soutiens autour de lui plutôt que clarifier le monde entier sur sa position claire par rapport à un 3ème mandat voudrait dire que 2020 pour le président, c’est déjà maintenant. Imaginons ce que ce sera effectivement en 2020. Danger.

Au contraire de Simone Gbagbo et de tous ceux qu’on désigne sous le vocable de pro-Gbagbo qui sont passés devant toutes les juridictions ivoiriennes, les partisans du pouvoir accusés de  crimes ne seront pas du tout inquiétés. Au contraire, en plus d’avoir bénéficié de l’indifférence de la justice ivoirienne, ils occupent des postes clés dans l’administration comme dans l’armée ivoirienne. Ils ne pourraient donc pas  hésiter à récidiver si l’occasion se représentait surtout qu’ils ont joui de l’impunité. Et 2020 n’est pas loin. Danger.

Vraiment Que Dieu garde la CI, et il pourrait le faire à travers cette prière de Saint François  d’assise sur laquelle l’on prie à la cathédrale de Bouaké :

à suivre

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *