Depuis Le territoire quivoirien : Exclusivité, dans le secret des négociations gouvernement-mutins

En début de semaine dernière, les mutins quivoiriens ont regagné leurs casernes après quatre jours de terreur, mais surtout après avoir obtenu « leur argent » : le reliquat de leur prime. Mais ce que l’on ignore, c’est comment se sont déroulées les négociations avec le gouvernement quivoirien. Ce que nous vous dévoilons maintenant en exclusivité car comme le diraient les célèbres « sorbonnards » du quartier des affaires : « Vous, vous regardez la télé, quant à nous, nous  regardons dans la télé » *:)) Marrant. Ceci dit, on y va pour ces négociations, comme si  vous y étiez.

https://www.google.fr/search?site=&tbm=isch&source=hp&biw=1024&bih=489&q=image+de+mutins+ivoiriens&oq=image+de+mutins+ivoiriens&gs_l=img.12...546268.553003.0.556541.25.17.0.0.0.0.1120.2135.2-1j1j1j7-1.4.0....0...1.1.64.img..21.1.1110...0j35i39k1.kDXUImbPrkM#imgrc=2gKA_L68rxFKUM:

Crédit photo RFI

Sont  présents à ces négociations :

Pour le gouvernement quivoirien :  Warry Fatchè alias papa de l’argent : le Président quivoirien ; Monbon Petit : le ministre quivoirien de la défense, assisté des dignitaires quivoiriens du parti présidentiel, éventuellement interprètes entre officiels quivoiriens et mutins. Il faut souligner qu’en tant que nouveaux riches, ces dignitaires peuvent également servir à autre chose, ce pour quoi Warry Fatchè, sans le leur faire savoir, les a invités à assister à ces négociations.

– Pour les mutins quivoiriens : Commando Légé ; Mahandou AK47 ; Moutcho RPG ; Corbillard Sans Moteur, Je suis pas dans discours, Astou Grenade.

Salle de crise du palais présidentiel pour les affaires qui font transpirer beaucoup, rendent en bouillie tout ce qui se trouve dans l’estomac et font aller au water toutes les 10 minutes. Ça fait aussi faire les valises en attendant, parce qu’on ne sait jamais *:)) Marrant. Tout le monde est présent. Warry Fatchè et Monbon Petit ainsi que  les dignitaires sont assis à une table en face des représentants  des mutins qui sont debout.

Warry fatchè  est très en colère, aux mutins,

Oui ! (Soudain tirs en l’air des mutins et cris de joie. Warry Fatchè, Monbon Petit, et les dignitaires, apeurés  plongent sous la table.) *:)) Marrant

                  Warry fatchè, très en colère et apeuré à la fois,  aux mutins,

Ya quoi ? !!!

Commando Legé est surpris,

Ah Baba (papa), Mais tu as dit « oui », non ?

Moutcho RPG

Tu as accepté de donner le reste nous l’argent, non ? Nous on est enjaillé (content), c’est pour ça on zagazaga en l’air.

                                   Warry Fatchè semble ne rien comprendre  

                                              aux dignitaires,

Qu’est-ce qu’ils disent ?

Les dignitaires, en chœur, tout bas

Les sauvages ! *:)) Marrant(Puis, plus haut) On ne parle plus leur langage depuis bien longtemps. Mais on peut tout de même tenter de traduire. Ils tirent en l’air de joie, parce qu’en disant « oui », pour eux tu as accepté de leur reverser de ce que tu leur dois.

Warry Fatchè est scandalisé,

Qui est-ce qui leur doit ? (Puis catégorique) En tout cas, moi je ne dois à personne dans ce pays.

                                    Mahandou AK47 pointe son arme vers les dignitaires qui manquent de faire ça sur eux

Baba, eux là, c’est des mateurs (menteurs), des noucis (malhonnêtes) comme ça ! Faut gbaer (discuter) avec nous en live, chap chap (au plus vite), sinon bouche de kalache là va changer de direction (Il pointe son arme en direction de Warry Fatchè soudain pris d’une forte transpiration.)

Les dignitaires sont comme soulagés, à Warry Fatchè

Ah Baba, nous, on enlève notre bouche dans votre affaire.

Warry Fatchè ne comprend pas,

Moi, mon affaire ?

Les dignitaires supplient,

Baba, faut causer avec eux.

Corbillard Sans Moteur, à Warry Fatchè

Ah Baba, faut causer avec nous, sinon gbangban n’est pas gbangban  (il y aura pire). Nous, on n’est pas les maudits de démobilisés qui n’ont pas kalaches là.

Warry Fatchè est plus calme, aux mutins,

« Oui » veut simplement dire : « Je vous écoute ».

Les mutins sont surpris, en chœur,

Ah ! (Puis  pointent leurs armes sur Warry Fatchè qui transpirent à grosses goutes)  Bon, le reste de nous l’argent !

Warry Fatchè, avec regret,

Ya pas l’argent.

IB Lance Roquette

Safroulaye !!! *:)) Marrant

Corbillard sans moteur

Ah Baba !!!

Je suis pas dans discours

A ko di ? (Il dit quoi ?)

Moutcho RPG

Tu n’a qu’à le demander.

Warry Fatchè s’empresse de répéter,

Ya pas l’argent…

                     Mahandou AK47 pointe son arme sur Warry Fatchè dont le costume ne demande qu’à être séché,

Mais toi, tu manges quoi ? (Il pointe ensuite son arme vers les dignitaires qui tremblent sur eux-mêmes) Eux là aussi, ils mangent quoi ?

 Warry Fatchè

Vous n’avez pas appris que les cours du cacao ont diminué ?

IB Lance Roquette

Non, nous, on veut pas lot *:)) Marrant, c’est notre jeton qui nous intéresse.

Warry Fatchè, ne comprend pas,

Monbon Petit, est agacé, aux mutins,

C’est pas affaire de maison. Président veut dire que prix de cacao a diminué.

Les mutins, en chœur

Est-ce que nous, on plante cacao ? *:)) Marrant Notre cacao, c’est la guerre !

Mahandou AK47 est très énervé,

Nous, on a fait guerre à crédit. On a kètèkètè (s’arranger) pour avoir avance. Premier gaou n’est pas gaou, c’est le reste de jeton là on veut que Baba n’a qu’à nous donner kabakaba (dès maintenant) avant de fraya (quitter le pouvoir), c’est tout !

Astou Grenade

Sabari (pardon) show là, nous on n’est pas dedans. On n’est pas des gnata (idiots). (Elle crie) Notre jeton, ou bien gbangbnan (des troubles) !!!

Warry Fatchè est presqu’en larmes, aux mutins,

Vous voulez me honnir une troisième fois devant la communauté internationale ? Après tout, je suis pour vous un père.

Je suis pas dans discours est  très remonté, à Warry Fatchè

Le père (grand-frère en nouchi), On ‘a te mettre dans pain (créer des ennuis) si tu donnes pas le reste nous jeton *:)) Marrant. (Il pointe son arme vers les dignitaires) Tous les môgô-malheur (oiseaux de mauvais augure) là vont être condiments. (Il donne un bisou à sa Kalache) Eh Djah (Dieu), on va faire plaisir (Ce sera un jeu d’enfants) ! Nous, on n’est pas les démobilisés là  oh.

Warry Fatchè,

Ya pas l’argent,  vous ne comprenez pas ? Le cacao ne marche plus comme avant. On est en surproduction si bien que  le prix a baissé sur le marché international.

Astou grenade

Je comprends pourquoi mon komo  (père) va vendre pour lui de l’autre côté de la frontière. (Elle crie)  Et puis d’ailleurs,  faut pas nous prendre pour bête : c’est le cacao de qui qui est venu s’ajouter à pour nos parents, pour qu’aujourd’hui, soudain on produise plus que d’habitude ? (Elle pointe son arme vers les dignitaires et crie plus fort) Vous-là, qui a caché son cacao pour espérer gagner quand le prix allait être élevé sur le marché ?

                                             Warry Fatchè sursaute, mais avec émotion pour calmer les mutins

Les paysans souffrent, et vous, vous voulez de  l’argent ?

Moutcho RPG, à Warry Fatchè,

Et jeton de nouveau CAISTAB là ?

Warry Fatchè sursaute encore,

Vous êtes sûrs que vous êtes des mutins ?

Les dignitaires, à Warry Fatchè,

Baba, ça pourrait être tes opposants qui ont loué des treillis !                                    

Astou Grenade

C’est le ventre du nageur on voit pas, sinon on voit son dos.

Corbillard Sans Moteur

Donc, on vous voit. C’est pas parce que tu  as cassé tes yeux que tu vas penser qu’on te voit pas. C’est toi qui vois pas ho, sinon nous, on te voit.

                                    Les mutins pointent leurs armes vers les dignitaires, puis en chœur,

Ya pas jeton, et puis les maudis là sont devenus paquet  paquet (ont pris du poids) et puis ciré ciré comme ça ?

Warry Fatchè

Vous êtes vraiment sûrs que vous n’êtes pas des opposants ? Je sais,  c’est un coup monté.

Les dignitaires  sont très alertes,

Oui ! Baba, c’est un coup monté par les opposants qui sont à la CPI (cours pénale internationale).

Warry Fatchè est suppliant, aux mutins,

Les enfants, le cacao ne marche plus sinon, j’allais vous donner votre argent. Je suis un homme de parole. Vous  me connaissez.

Mahandou AK47

Cacao marche plus, non ? Si on fabriquait chocolat que les gens pouvaient payer au pays ici, si on faisait liqueur de cacao, sirop de cacao ; avec cabosse là même on peut fabriquer et puis faire beaucoup de choses encore ; si on faisait tout ça là, est-ce qu’on allait avoir problème avec cacao aujourd’hui ?

Warry Fatchè

Vous prétendez être des mutins, alors que vous êtes des opposants*:)) Marrant. Ça suffit, vous aurez votre argent sinon, vous finirez par me déshabiller devant mes compatriotes quivoiriens et le monde entier.

Les mutins sont très graves,

Et puis chap chap (au plus vite) !

Warry Fatchè

Avec votre diarrhée verbale là, situation oblige : chap chap est mieux. Chap chap.

Les mutins crient de joie

C’est propre ! (mission accomplie !)

Warry Fatchè  crie, aux dignitaires,

C’est le moment de passer  à la caisse ! Allez, la contribution de chacun !

Les dignitaires sont dépités,

Ah baba !!!

Warry Fatchè est très en colère, crie,

Quoi, ah baba ? Qui étiez-vous avant que je sois au pouvoir ? Où avez-vous eu l’argent qui vous as permis de créer vos structures, vos sociétés, de construire des immeubles, de posséder des terres, etc. ? Qui vous octroie les marchés publics ? Qui vous vend les sociétés d’État, de plus à bon prix ?  Et d’ailleurs, où vont vos bénéfices ? Un rond, je ne vous ai jamais réclamé. C’est le moment de passer à la caisse. Vermine !

Les dignitaires murmurent,

Ce n’est pas grave ; ce qui est sûr, nous sommes toujours  au pouvoir, nous allons nous rattraper. (Ils font sortir des chéquiers et signent des chèques qu’ils tendent ensuite à Warry Fatchè).

Épilogue.

Et les mutins qui voient plus qu’ils en ont l’air obtinrent l’argent. Et depuis, ils ont rangé leurs kalaches et font à nouveau des folies, le temps de reprendre ces kalaches pour d’autres revendications. Dans un communiqué, Warry Fatchè, le président quivoirien, expliqua ses largesses vis-à-vis des mutins par la paix sur le territoire quivoirien dont les syndicats, après l’épisode des mutins, jurent de faire bouillonner le front social pour obtenir la satisfaction de leur revendication car, apparemment, la Quivoirie est un pays riche. Avec ces manifestations qui s’annoncent, Warry fatchè aura vraiment l’occasion de prouver que la paix est sa priorité en Quivoirie ; surtout que les démobilisés quivoiriens, qui de leur côté,  voient rien venir comme argent, se mobilisent pour immobiliser le pays. D’autres négociations croustillantes s’annoncent.

 

Ps : Cette scène est une fiction

Enregistrer

Enregistrer

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *