Papa président, le sauveur

https://www.google.fr/search?as_st=y&tbm=isch&hl=fr&as_q=image+de+superman&as_epq=&as_oq=&as_eq=&cr=&as_sitesearch=&safe=images&tbs=sur:f#imgrc=Mwv5aFLIUhrLsM:

Superman by semihundido cc flickr.com

Après la période du père de la nation et du président fondateur des lendemains des indépendances, l’Afrique connaît aujourd’hui celle du papa président. Faisons donc connaissance avec cet étrange personnage de l’Afrique démocratique et moderne.

Papa président, comme son nom l’indique, est un chef d’État.

Mais, attention, il y a également des papas présidents, présidents de partis politiques d’opposition.

Ainsi, papa président est avant tout le père de tous ces concitoyens, des plus âgés comme de ceux qui ont le même âge que lui. Après tout, n’y a-t-il pas des pères à l’Église catholique ?*:)) Marrant

Mais le « papa » de l’appellation « papa président » est plus inspiré par l’Église évangélique. Ainsi autant, il y a des « papas pasteurs », par exemple en Afrique, autant, il y a des « papas présidents ». Papa président est donc le pasteur de ses brebis. Il ne reste plus qu’à savoir s’il est le bon pasteur de la Bible, c’est-à-dire ce berger qui est prêt à donner sa vie pour sauver ses brebis face au loup.

Mais en regardant papa président de plus prêt, vous verrez que sous son costume de grand pasteur se cache en réalité le loup ravisseur *:)) Marrant. Ainsi, il ne s’embarrasse pas de prendre des vies pour sauver son pouvoir quand celui-ci est menacé. Il ne se prive pas non plus de livrer des vies pour accéder au pouvoir.

Quand il est au pouvoir, vous le verrez faire preuve d’une consternante indifférence, voire d’une arrogance sans borne, quand les agents de sécurité dont il est le chef suprême tuent des manifestants contre son pouvoir. Et quand il est opposant, président de son parti politique, il se plaît dans le décompte macabre des cadavres de ses partisans tombés sous les balles de l’armée de son adversaire politique. Quelquefois, papa président opposant et papa président gouvernant se disputent les victimes. Lequel en aura le plus pour discréditer l’autre et s’attirer la sympathie de la communauté internationale. Mais généralement, c’est papa président gouvernant qui sort perdant de ces calculs mortuaires, ayant la répression pour seconde nature, parce que lui, est fait pour gouverner.

Revenons à papa président gouvernant. Pour lui, les populations sont des éternels enfants. Pire que des enfants ce sont des attardés qui sont incapables d’évoluer tout seul. Papa président, dans son immense amour de son prochain, et avec le plus grand désintérêt du monde *:)) Marrant, se propose donc de leur tenir la main en se transformant en président à vie. Mieux, en président éternel, car même après sa mort, les populations ressentent sa présence, aussi désœuvrées, délaissées et endettées qu’elles soient.

Lorsque l’un des membres du gouvernement de papa président est soupçonné d’acte immoral, de détournement de deniers publics par exemple, papa président, homme intègre et grand garant de la justice devant le peuple et l’Éternel réagit avec la dernière énergie contre cet écart de gouvernance. Il fait tout simplement changer de poste à son ministre *:)) Marrant, le faisant passer d’une occupation très juteuse à une autre non moins juteuse.

Ça, c’est quand il n’est pas scandalisé. Sinon, quand il est vraiment indigné, il préfère ne pas ennuyer son ministre. Mieux vaut éviter de chercher anguille sous roche, sinon on pourrait plutôt y trouver ses propres casseroles*:)) Marrant.

Que disons-nous ? Papa président, hyper père de famille, est tout de même un homme de grande probité. Il a d’ailleurs juré loyauté au peuple la main gauche sur la Bible, la droite sur les yeux, un pied sur la Constitution et l’autre sur la déclaration universelle des droits de l’homme et des peuples. Il est si loyal qu’il évite de créer des problèmes à son ministre spécialiste en détournements de fonds. Quoi de plus normal puisqu’il ne fait que témoigner reconnaissance à un camarade de lutte, camarade de lutte qui, quelques fois, est un ressortissant du même village ou de la même région que lui.

Papa président est aussi un grand rassembleur. Il arrive ainsi à mettre ensemble marabouts, pasteurs, féticheurs et sorciers, autour de lui. Il est à lui tout seul une synthèse des religions.

Et que dire de sa connaissance des réalités de son pays ? Demandez-lui le prix d’un ticket de bus, il s’étonnera qu’il y ait des gens qui empruntent encore le bus au troisième millénaire. De sa voiture présidentielle, il croyait que ces gros engins motorisés étaient des poubelles mobiles. Quoi de plus normal puisque le pays est en voie d’émergence. De plus l’aspect de ces engins les prête vraiment au transport d’ordures.

Demandez à papa président la température qu’il fait au pays, il vous répondra promptement :

« zéro degré ».

Il ne peut en être autrement puisque pour se rendre de son domicile climatisé à son bureau très climatisé en passant par l’ascenseur autant climatisé, papa président emprunte son véhicule non moins climatisé. Finalement pour lui, le pays est super climatisé. Ceux qui se plaignent de la chaleur à cause des délestages, et des embouteillages au passage de son cortège, papa président les traite de jaloux. Ceux-là vont maigrir, selon lui. Et il a même une sentence qui démontre qu’il est maître de la situation :

« Le chien aboie, la caravane passe ».

N’oublions pas que papa président est le sauveur. Il travaille donc à restaurer l’économie de son pays si bien qu’en période de crise, il sollicite la bonne foi de ses enfants, pardon ses administrés. Il leur demande simplement de se serrer la ceinture, alors que sa ceinture à lui, il a des difficultés à la boucler .*:)) Marrant

Papa président est si altruiste qu’il n’hésite pas à entrer en conflit ouvert avec l’Occident qu’il accuse d’être la cause des retards de développement de son pays. Il est même l’auteur de ces formules qui ont marqué l’histoire et qui ont fait des émules. Comme formule nous avons par exemple :

« Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ».

Mais ces propos peuvent être reformulés ainsi :

les populations préfèrent la pauvreté dans la liberté à l’esclavage dans la richesse,

parce que papa président lui, se gave des mets les plus succulents derrière la clôture de la présidence pendant que les populations, elles, crèvent la dalle dans leur taudis. Et, ces mêmes Occidentaux qu’il accuse de tous les maux, papa président en reçoit nuitamment pour la signature de juteux contrats, à son profit et à celui de sa famille bien entendu.

Ainsi en est-il de papa président, le Sauveur. Pour être un sauveur, on peut dire qu’il se tire vraiment du péril .*:)) Marrant Et, ce ne sont pas les populations désœuvrées dont il serait le  sauveur qui diront le contraire.*:(( En pleurs

24 Commentaires

  1. Ah papa président.Quand il se sent acculés il ouvre sa Bible et s’arrête sur le verset qui dit: » mille tomberont à ma gauche et 10000 à ma droite ».Ne faut pas lui chercher des emmerdes, hein! Vous risquez d’être sa millième victime

    1. Oui, ya vraiment des risques que je sois la millième victime de papa président, le sauveur. si c’était le cas, j’en serai certainement la dernière parce que ma plume aura entre-temps fait le travail.
      Merci pour le commentaire.
      Bien de choses à vous !

    1. Tu l’as dit, papa président est tout cela en même temps. Quel génie ! Je comprends donc pourquoi son pays est si en retard. C’est lui par exemple qu’il va falloir mettre en bouteille, pour pouvoir construire un pont ou une autoroute, voire pour que la vie soit commode au pays. En tant qu’Africain, tu dois certainement savoir de quel genre de génie je parle.

      Merci pour le commentaire
      Bien de choses à toi !

  2. Merci de si bien réfléchir et écrire. Pertinent, perspicace et percutant ! En effet, nous sommes passés, en Afrique, de l’Etat-providence à « l’Etat-individu ».
    Amitiés.

    1. Merci pour vos compliments.
      Vous l’avez dit, nous sommes passés en Afrique de l’État providence à l’État individu. A nous maintenant de faire passer nos pays à l’État humain ou humaniste. Et à cela, nous ne pourront y arriver que lorsque les personnes qui ont en commun la souffrance se solidariseront pour que les choses changent. Mais attention lorsqu’il y aura le changement, il ne servira à rien de vouloir se rattraper de sa souffrance en s’accaparant les biens. Sinon, ce sera un éternel recommencement, il n’aura servi à rien d’avoir lutter. Bien de choses à vous.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *