« Allez, Macron ! »

https://www.flickr.com/photos/consulfrancenyc/18947054719/in/photolist-AjYHBg-zmTmQA-AgCG49-AgD5UQ-vbLkxi-AiXwRk-AjW8ya-A2jQYN-AhNRbN-K2wHP4-uShBge-uU1v8n-SeZgSf-SeZjLm-GgN9AD-qsuzwS-qTVJ6R-RM9gTW-efA44c-pPPWz3-MrCit1-uShxeB-va378H-BYLXvQ-uerQfu-va31JM-vbswGx-vbstB4-ucTKPV-uSa2CL-ucJ1PW-uerNvs-v99ndb-vbLhnR-v99kdu-v7qyMy-MnpzWr-z33Qd6-yJEXGo-R9b9ne-RUFUSN-r2Q6Mq-oJsETW-pFosDw-yWGXsb-yWGWQE-pDdGvL-pDdJ5Y-pF5s1x-pDduyQ

Emmanuel Macron de Laure Boutteau CC flickr.com

L’ancien ministre de l’économie de François Hollande, le tout jeune  Emmanuel Macron est candidat  à la prochaine élection présidentielle française. Depuis l’Afrique, en particulier la Côte d’Ivoire, qu’est-ce que moi qui suis de sa génération peut lui dire d’autre ? Sinon des encouragements : « Allez, Macron ! »

Qu’on se détrompe, en tant qu’originaire d’une ancienne colonie française, mon intérêt pour Emmanuel Macron ne vient pas  de ce que ce dernier ait qualifié justement la colonisation de « crime », de « crime contre l’humanité » et de « vraie barbarie ». Ce point de vue de Macron m’est complètement égal parce que la colonisation, il y a à boire et à manger dedans, surtout lorsqu’on considère le contexte dans lequel le jeune candidat à l’élection présidentielle française à pratiquement fait la cour aux anciens colonisés par les français ce 14 février.

En campagne en effet en Algérie, il ne pouvait tenir qu’un tel propos, le but étant simplement de s’attirer le vote des Français d’origine algérienne, et en général magrébine, et par ricochet celui des Français d’origine africaine et dans une vision plus large celui des Français originaire d’une quelconque ancienne colonie.  Cette évidence doit faire redescendre sur terre ces anciens colonisés très remontés qui avaient vu en Emmanuel Macron, pourtant originaire d’une ancienne métropole, celui qui viendrait rétablir leur dignité bafouée par le colon. Comme quoi, en politique, « on n’a (vraiment) pas d’amis, mais plutôt des intérêts », dixit Laurent Gbagbo qui en sait lui-même quelque chose.

Emmanuel Macron qui prétend, rejeter la colonisation, ne peut agir contre les intérêts de la France, autant que François Fillon, candidat aussi,  qui approuve la colonisation. Pour ce dernier, ce n’était qu’un « partage de la culture » française. Tout est en réalité une question d’électorats. Pour le jeune fougueux de la politique française, il s’agit de capter le vote des originaires des anciennes colonies françaises et pour le vieux singe de cette politique, il est question de s’attirer le suffrage de ceux qui veulent débarrasser la France de sa racaille (terroristes et autres immigrés) qu’ils accusent de tous les maux qui arrivent à leurs pays. Racaille qui, soit dite en passant, selon la justification que fait Fillon de la colonisation (partage  de la culture française), tient de la France. Vas-y comprendre quelque chose. *:)) Marrant Mais, bon, tout ça ne concerne que les Français.

Et puis, faut comprendre Macron pour ce qui est de son point de vue vis-à-vis de la colonisation. C’est certainement parce que la colonisation est un crime contre l’humanité qu’il fit parti de ce gouvernement socialiste qui a pourtant fait voter la  déchéance de la nationalité. Ainsi les Français à la double nationalité qui ont maille à parti avec la justice française pourraient pleinement assumer leur seconde nationalité en étant déchu de celle de l’ancien et inique colon français.*:)) Marrant

Enfin bref.

CC flickr.com

« Allez, Macron ! » Pourquoi ?

Parce que ce dernier formalise une nouvelle génération de politiques, comme l’a si bien compris François Bayrou, l’un des doyens de la politique français. Ce dernier a simplement décidé de soutenir Macron, le benjamin.  L’accession du jeune politique à la tête de l’État français parachèvera une fois pour toute l’enterrement d’une  éternelle génération de politiques français dont François Fillon est le dernier vestige.

Dans le même temps, l’accession de Macron au pouvoir en France pourrait avoir une incidence en Afrique. J’aimerais bien voir un sommet Afrique-France présidé par Macron. La photo finale de famille pourrait s’avérer très marrante. On imagine bien un Paul Biya avec 35 ans de pouvoir à côté de Macron qui en a 39  d’âge, Eduardo Dos Santos 38 ans de pouvoir à côté d’un Macron qui marchait certainement à peine  lorsque l’Angolais accédait au pouvoir. Ou même un Alassane Ouattara,  75 ans, et un Robert Mugabe, 93 ans, à côté de leur homologue 36 ans de moins que l’un, et 54 ans de moins que l’autre.

President of Zimbabwe Robert Mugabe  by Tech. Sgt. Jeremy Lock. CC flickr.com

Ce tableau emmène simplement à se poser ces Questions : Ce sont ces présidents qui s’éternisent au pouvoir ou y accèdent après la retraite qui sont trop intelligents pour y être encore lorsque des personnes qui pourraient être leurs fils ou petits fils y accèdent sous d’autres cieux ?  Ou est-ce leur population qui sont désespérément stupides pour leur produire des successeurs ?  Une chose est cependant sûre, ces populations sont le résultat de la politique de ces présidents de République éternels.

« Allez, Macron ! »

J’imagine en effet Emmanuel Macron à côté de nos jeunes présidents africains, Joseph  Kabila ou même de Pierre N’kurunziza par exemple. Ils sont certes de la même génération que Macron,  mais pas de la même matrice politique. Macron a été généré par  la démocratie, la compétence aussi, alors que  Kabila et N’kurunziza sont politiquement nés de la force et de la violence. Joseph Kabila notamment s’accapara le pouvoir après la mort de son père devenu président à la suite d’une rébellion,  s’y est maintenu par  des fraudes électorales et y demeure par  les micmacs et calculs politiques dignes d’un ange déchu. Il y restera, comme N’kurunziza d’ailleurs, son alter ego burundais,  en faisant jouer son intelligence hors norme, et en enjambant des corps aussi. Pas surprenant car  on a beau «  chasser le rebelle chez ces deux jeunes présidents africains, il revient au galop ».

A ce rythme là, au prochain sommet Afrique-France avec un Macron président de France, il ne serait pas étonnant que bon nombre de  nos chers présidents africains  désertent ce sommet, à moins qu’ils choisissent de se faire représenter par des étudiants.*:)) Marrant « Allez, Macron ! »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *