Ça sourd au Congo

de Wikipedia.org CC

de Wikipedia.org CC

Ça sourd au Congo.

Depuis n’importe quel point du globe,
On voit bien que ça sourd au Congo,
La volonté de se maintenir à vie au pouvoir.
Comme du pétrole sous pression
S’échappant de terre,
Ça sourd vraiment au Congo,
Au risque de souiller à nouveau,
Comme dans les années 1990
Ciel, fleuve, terre et mer.
Et que dire du cœur de ces mères
Dont l’existence n’est que peur et pleurs,
A cause des brasiers qu’engendrent
De tels projets hautement inflammables ?
Gardez courage,
Mères du Faso aux cœurs déchirés
Par la disparition de la chair de votre chair
A cause de la vanité de fossoyeurs en chef,
Eux-mêmes prisonniers de l’illusion du pouvoir éternelle :
Reposez en paix, Samuel Doé !
Bonne retraite anticipée quand même, Blaise Compaoré.

Oui, ça sourd au Congo vraiment,
L’accrochage vaille que vaille au pouvoir,
Comme obus sur obus
Crachés par ces hélicos à l’allure inquiétante ;
Comme également ces venins de feu de cobras
Stoppant net dans son élan tout contestataire ;
Comme encore ces sauts, ces kicks et ces kiaye meurtriers de ninjas
Qui rappellent que la vie ne tient qu’à une cartouche : 6 dollars
Oui, ça sourd vraiment au Congo
Ce génie par lequel on arrivera
A faire du neuf avec de l’usé
Du jeune avec du vieux
Et certainement aussi des oubliés avec des jeunes.
Ou peut-être du cadavre avec du jeune ?
Dans tous les cas, ça sourd au Congo

Présidence à vie :
Entraîner la nation avec soi
Dans sa sénilité,
Dans ses soucis de santé,
Dans les hôpitaux à travers le monde entier,
Pire, à la morgue,
Puis dans sa tombe.
Pauvres enfants et malheureuse jeunesse
Que l’on veut faire avancer dans le temps à reculons.
Ça sourd au Congo,
Plus que jamais  Black bazar .

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *