Un autre coup d’éclat à l’ivoirienne ?

Ecoliers Ivoiriens by Zenman via common wikimedia.org

Ecoliers ivoiriens (Odienne) par Zenman via common wikimedia.org

Au pouvoir depuis bientôt cinq ans, le régime du président Alassane Ouattara a pris de grandes décisions pour le bonheur des habitants de la Côte d’Ivoire. Ce sont par exemple l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’interdiction de téléphoner au volant, l’interdiction des sachets plastiques et l’une des dernières, la plus significative certainement, c’est l’école obligatoire de 6 ­ à 16 ans. Comme toutes les autres décisions prises par les dirigeants , cette dernière est sans arrière-pensée*:)) Marrant, et a de l’avenir dans ce pays en voie d’émergence*:)) Marrant.

Il suffit de parcourir les rues d’Abidjan, de Treichville à Port-bouët, de Yopougon à Abobo en passant par Adjamé (communes d’Abidjan) pour se rendre compte que l’interdiction de fumer dans les lieux publics est une réalité. Cette loi est tellement appliquée, qu’en pleine rue, vous ne serez pas surpris de recevoir en pleine figure des bouffées de nuages de fumée.

Et puis, si les hommes ne se chargent pas de vous enfumer, le parc automobile pléthorique et vieillissant d’Abidjan est tout de même là pour cela. Avec les risques de pollution que cela comporte, la majorité de ces véhicules, des « France au revoir », ont une deuxième, voire une troisième et une quatrième vie en Côte d’Ivoire. Certains véhicules même semblent éternels. Rappelons que la loi qui interdit de fumer dans les lieux publics a été votée pour permettre à l’État de faire des économies sur les maladies du tabac. En effet, selon le porte-parole du gouvernement ivoirien, M. Bruno Koné, l’’État supporte 26 milliards de francs CFA de coût supplémentaire pour le traitement de ces maladies.

Et cette loi, pour atteindre ses objectifs, a vraiment ciblé toutes les causes de ces maladies et les différentes solutions pour les endiguer *:)) Marrant. Ce ne sont pas ces personnes qui peuvent encore et toujours s’offrir au moins 5 cigarettes à seulement 100 francs CFA, notamment à Bouaké, qui diront le contraire *:)) Marrant.

Quant à l’interdiction de téléphoner au volant, elle est si réelle qu’il est fréquent de voir des automobilistes justement téléphoner en conduisant, sans crainte de subir une contravention. Quoi de plus normal puisqu’à ce moment-là, des agents de la circulation luttent vainement contre les embouteillages, quand d’autres sont occupés à refuser bec et ongles d’être accusés de faire du racket en refusant les pièces ou les billets de 500 francs CFA que leur tendent les chauffeurs de wôrôwôrô (taxis communaux) et autres gbaka (minibus) sous les papiers du véhicule, mais que nos forces de l’ordre finissent par accepter, certainement comme pourboire *:)) Marrant.

Il va falloir faire un dessin, peut-être des photos, pour prouver que les sachets plastiques sont toujours visibles. Ils ont tellement disparu de l’habitude de l’Ivoirien que lorsque ce dernier fait par exemple des achats au détail (sucre, légumes, etc.), le ou l’épicière (e) le sert directement dans la paume de sa main*:)) Marrant.  De plus, très souvent, lorsque la soif étreint les habitants, il n’est pas rare de les voir s’acheter une bouteille d’eau minérale à au moins 500 F CFA, plutôt qu’un simple sachet d’eau fait maison à 10 F CFA *:)) Marrant. Pour info, plus de la moitié de la population ivoirienne vit sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 450 francs CFA par jour.

Qui dit mieux ? A l’image d’autres pays dans le monde où elles ont été prises, ces lois sont un véritable succès  *:)) Marrant. Et, l’on commence même à en voir les retombées positives *:)) Marrant. Ce sera certainement le cas de cette autre loi qui rend l’école obligatoire de 6 à 16 ans à partir de la prochaine rentrée scolaire*:)) Marrant.

Cette dernière loi est la bienvenue. En effet, plutôt que de passer tout leur temps dans des cybercafés à mettre leur génie au service de la cybercriminalité, les adolescents seront désormais forcés d’aller en classe*:)) Marrant. Et que dire de ces petits apprentis mécaniciens ainsi que de ces petites filles transformées en vendeuses ambulantes ? Leurs parents, n’ayant pas les moyens de les scolariser seront désormais obligés de les envoyer s’instruire*:)) Marrant. Mais au fait, l’école ne sera qu’obligatoire, mais pas gratuite.

Aussi l’on se demande si cette volonté n’est pas motivée par des arrière-pensées. Et cette loi ne serait pas simple en raison de « l’idéologie du chiffre d’affaires » qui prend de l’ampleur.

Ces nouveautés dans le secteur éducatif, les plus grands, les étudiants, en subissent les conséquences. Ces derniers ont vu les frais de leur scolarité augmenter entre 1 600 % et 5 000 %. Et, lorsque l’on se rend compte que l’effectif des étudiants avoisine officiellement la centaine de milliers, l’on imagine aisément ce que représente en recette les inscriptions de ces dizaines de milliers de jeunes. C’est le budget du pays qui doit certainement s’en réjouir :  une véritable source d’approvisionnement.

La suspicion de « l’idéologie du chiffre d’affaires » est d’autant plus grande que les universités publiques de ce pays ont adopté le système LMD (licence master doctorat). Ce système étant plus pratique qu’un système théorique, il nécessite des outils didactiques que les autorités ivoiriennes ne sont apparemment pas pressées de fournir. Pour preuve l’inexistence de bibliothèques digne de ce nom dans les Unités de formation et de recherche. Les étudiants de la faculté de médecine de l’université de Cocody en savent quelque chose, eux qui ont été obligés de se mettre en grève et manifester pour pouvoir obtenir l’équipement des salles de travaux pratiques. Les élèves des lycées techniques d’Abidjan, comme de Bouaké, manifestent constamment parce qu’il leur manque aussi les outils pour réaliser leurs travaux pratiques.

Rendre l’école obligatoire, c’est bien, mais le mieux serait de ne pas donner l’impression d’être à la recherche du moindre franc CFA. Cette quête perpétuelle d’argent s’apparente à un manque de compassion, de vision et pire, à de l’avidité.

Les autorités ivoiriennes font tellement d’efforts, notamment en construisant des ponts et des autoroutes, en réhabilitant les routes, en revalorisant des salaires, en améliorant même la condition des soldats, qu’il serait malhonnête d’être suspicieux à leur égard. C’est pour cette raison que nous proposons qu’au lieu de  donner l’impression d’investir ou d’honorer des promesses de campagne avec la population estudiantine et scolaire, déjà désœuvrée, les responsables du pays devraient plutôt investir dans celle-ci. En clair, rendre l’école et les études gratuites.

Les plus conciliants parmi les opposants à cette proposition diront que l’école peut être gratuite, mais il va falloir payer. Et l’État ne peut assumer une telle charge.

A ceux-là, nous répondons que l’État  n’est pas l’entreprise d’une personne, d’un clan ou d’un groupuscule. L’État de Côte d’Ivoire, comme son nom l’indique, est plutôt le bien de tous les Ivoiriens. Par conséquent, quoi de plus normal que de faire profiter, pour une fois, à l’ensemble des Ivoiriens, des fruits de leur propre État en donnant la possibilité à chacun de se former. Chaque Ivoirien formé, c’est toute la Côte d’Ivoire forcément émergente.

 

 

15 Commentaires

  1. Je suis tellement d’accord avec toi que je suis tenté de dire « RAS ». Chapeau pour cette chronique sur les décisions et lois mis en vigueur pour le gouvernement ivoirien. Il ne suffit pas prendre des décisions, il faut les faire appliquer. C’est là tout le problème…:D . Cordialement !

    1. Merci pour le commentaire.
      Nos dirigeants doivent simplement comprendre que les décisions ne doivent être une mode, mais une nécessité. Il doivent aussi comprendre que les décisions prises sans réfléchir cachent mal de mauvaises intentions.

      Bien de choses à toi !

    1. Merci pour ce commentaire. Si seulement les stylos pouvaient parler, ils diraient qu’ils sont fatigués d’être utilisés pour prendre des décision juste pour donner l’impression de gouverner.
      Bien de choses à vous !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *